L’écologie nous va bien !

Dernière mise à jour : mars 23







Pour te mettre dans l’ambiance (et parce qu’il s’agit toujours un peu de musique + un clip sur l’environnement) :

On ne t’apprend rien : ce n’est pas la grande forme pour la planète. Sans vouloir te déprimer, et comme petite piqûre de rappel, les écologistes font plusieurs constats pour le moins … inquiétants. Biodiversité en déclin, écosystèmes dégradés, pollution atmosphérique, déchets mal recyclés... La liste est longue. Néanmoins, l’écologie fait de plus en plus parler d’elle dans les médias. Et ça, en revanche, c’est bien !


Ne t’en fais pas, au Chapiteau, on tente de garder espoir et on veut rester positif ! C’est pourquoi, on aimerait te parler des alternatives qui existent et permettent d’adopter un mode de vie plus sain, plus durable, qui fait du bien à ton corps, à ton esprit et au bel élément qui « supporte » les êtres vivants. Tel est l’objectif d’un lieu de vie qui se veut alternatif, on veut te partager les petits tips qui nous tiennent à cœur.



Pour que tu sois le plus écolo de ta bande de pote

En effet, si tu souhaites chérir ta santé et participer à la préservation des paysages et des constituants vitaux que nous offre notre chère planète Terre, tu peux d’ores et déjà agir par des gestes simples. Non, tu ne vas sans doute pas sauver le monde, mais nous pensons avec conviction que tes actions peuvent avoir un effet sociétal ! Parles-en à tes proches, encourage tes amis, ces pratiques tendront sûrement à se démocratiser.

En effet, des modes de vie « moins classiques » gagnent du terrain. Ta consommation en plastique et ta quantité de déchet, peuvent par exemple être diminués grâce à des astuces DO IT YOURSELF. Tu peux toi-même coudre des petits cotons démaquillants pour ne plus en jeter un chaque jour, préparer tes produits ménagers et remplacer tes virés shopping dans les centres commerciaux par des vides dressings et autres friperies en tout genre.

En bref, les offres alternatives affluent et si elles te tentent tu peux faire le choix de les essayer, et pourquoi pas, les intégrer à ton quotidien ?




Va, vis… mange bio et deviens !

On peut facilement faire le lien entre écologie / choix de mode de vie et alimentation. Au Chapiteau, on estime que l’une des meilleures façons de vous faire du bien, à toi et mère nature, est de porter une attention toute particulière aux produits que tu choisis ! En effet, la production alimentaire à des conséquences désastreuses sur notre planète : déforestation, consommation d’eau en abondance, pollution…

« D’après la FAO, la moitié des récoltes de céréales et 90% de celles de soja sont destinées à nourrir les animaux d'élevage. Si à la place ces surfaces agricoles étaient consacrées à produire des végétaux destinés à l'alimentation humaine, avec des modes de production soutenables incluant la rotation des cultures, la quantité de substances chimiques polluantes nécessaires serait considérablement réduite. » 1

1 http://www.alimentation-responsable.com/


De plus, la corrélation entre nutrition et santé est mieux connue. Désormais on sait que ton alimentation est in-di-sso-ciable de ta forme physique.

Des chercheurs de l'université de Harvard ont montré qu’à l’échelle mondiale la sur-alimentation était responsable d’autant de maladies que la sous-alimentation. D’après la même étude, plus de la moitié des maladies résultent d'une mauvaise alimentation par manque, par excès ou par déséquilibre. ²

2 : Murray CJ, Lopez AD, The global burden of disease, Cambridge, MA : Harvard University Press, 1996


Revoir sa façon de consommer est donc primordiale à la fois pour l’environnement et pour te sentir bien. C’est pourquoi ces derniers temps on évoque souvent la question de la réduction de la consommation de produits d’origine animal (sans pour autant arrêter complètement). On parle de flexitarisme.

Enfin, on voudrait surtout évoquer la tendance locavore ! Le système locavore se définit ainsi :

Selon le dictionnaire Larousse, Locavore est une « personne qui décide de ne consommer que des fruits et des légumes locaux et de saison pour contribuer au développement durable. »

Inventé par des Californiens, ce néologisme date de 2005. Le mouvement locavore prône la consommation de produits cultivés au plus près de chez soi et cherche à minimiser la distance parcourue entre les terres agricoles et ton assiette. En France, la distance « officielle » à ne pas dépasser est de 250 km.

Alertés par des scandales alimentaires à répétition, les conséquences de l’importation et de l’exportation ainsi que les conditions de travail difficiles des agriculteurs, les circuits courts et la vente directe ont le vent en poupe. Le consomm’acteur comme on aime le nommer depuis peu, est en quête de sens, de goût mais surtout de transparence sur l'origine des aliments qu’il achète.